Capture de la valeur

Les investissements publics, comme la construction d’installations de transport ou d’égouts, peuvent augmenter la valeur des terres adjacentes, générant un profit non gagné pour les propriétaires fonciers privés. La valeur non acquise (les augmentations de la valeur des terres qui profiteraient autrement gratuitement aux propriétaires privés) peut être « captée » directement en les convertissant en recettes publiques (voir georgisme). Ainsi, la capture de valeur internalise les externalités positives des investissements publics, permettant aux agences publiques de taxer les bénéficiaires directs de leurs investissements.

Les urbanistes et les responsables des finances s’intéressent souvent aux mécanismes de capture de valeur, pour au moins deux raisons: 1) parce qu’ils offrent une méthode ciblée de financement des infrastructures bénéficiant à des terrains spécifiques, et 2) parce que certains de ces investissements peuvent générer des investissements privés dans la région, ce qui profitera plus largement à la ville (par exemple, en offrant des opportunités d’emploi, des commerces et d’autres commodités, et une assiette fiscale plus solide et diversifiée.) Il peut être politiquement utile de capter pour la trésorerie de la ville une part des externalités positives des investissements financés par la ville. Cela peut aider à répondre aux préoccupations du public concernant le fait ou la perception d’aubaines injustes lorsque la valeur foncière de certains propriétaires augmente après que les investissements dans les infrastructures urbaines ont été payés à partir des revenus généraux de la ville.

Bien qu’on n’en parle pas toujours en tant que tel, le mécanisme de capture de la valeur le plus courant est l’impôt foncier général, sans caractéristiques particulières autres que l’évaluation régulière de la valeur marchande; en effet, l’impôt foncier commun comprend l’impôt sur la valeur foncière moins connu. La valeur d’un terrain donné est déterminée par sa proximité avec diverses commodités (publiques et privées). Ainsi, par exemple, lorsqu’une nouvelle station de métro ou un échangeur autoroutier est installé, le terrain à proximité de la nouvelle installation devient plus précieux. L’investissement dans l’amélioration des terres peut générer des investissements en capital dans d’autres endroits à proximité, ce qui augmente encore la valeur des terres. Ainsi, même si le taux d’imposition ne change pas, les recettes fiscales générées par les propriétés qui en bénéficient augmentent sous l’effet de la hausse de la valeur foncière et de l’augmentation du développement. L’efficacité de la capture de la valeur dépend, bien sûr, d’un système d’imposition ad valorem de la valeur foncière ou foncière qui fonctionne bien, avec des évaluations régulièrement mises à jour.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.