Rétinopathie de Valsalva

Inscrivez-vous au concours Résidents et boursiers
Inscrivez-vous au concours International d’Ophtalmologistes

Tous les contributeurs:

Éditeur assigné:

Révision :
Mise à jour du statut attribué En attente

.

Rétinopathie de Valsalva

CIM-9

Rétinopathie de Valsalva

  • CIM-9-CM 362.10 Contexte rétinopathie, non précisée

Maladie

La rétinopathie de Valsalva est une hémorragie pré-rétinienne causée par une augmentation soudaine de la pression intrathoracique ou intraabdominale. Il a été décrit pour la première fois par Duane en 1972. Il se produit généralement dans un œil autrement sain et se résout spontanément.

Étiologie

Elle survient après une augmentation de la pression intrathoracique ou intraabdominale due à des activités telles que

  • toux,
  • vomissements,
  • levage,
  • effort pour une selle,
  • effort intense,
  • rapports sexuels,
  • travail,
  • soufflement d’instruments de musique et
  • blessures par compression.

Facteurs de risque

Elle survient généralement dans des yeux autrement sains, mais peut être associée à des anomalies vasculaires rétiniennes acquises (rétinopathie diabétique ou hypertensive) ou congénitales (télangiectasies rétiniennes et tortuosité congénitale de l’artère rétinienne).

Pathologie générale

La rupture de petits capillaires superficiels dans la macula entraîne une extravasation du sang dans la rétine, généralement sous la membrane limitante interne (ILM), mais peut également saigner dans la cavité vitrée (en raison d’un saignement par percée via une éruption dans l’ILM) ou dans l’espace sous-hyaloïde.

Physiopathologie

Une augmentation soudaine de la pression intrathoracique ou intraabdominale contre une glotte fermée, la manœuvre de Valsalva réduit le retour veineux vers le volume du cœur et de l’AVC, augmentant par conséquent la pression du système veineux. L’augmentation de la pression veineuse affecte spécialement la partie supérieure du corps, augmentant la pression veineuse intraoculaire et la rupture sous-cutanée des petits capillaires superficiels de la macula. Il en résulte des hémorragies rétiniennes unilatérales ou bilatérales.

Diagnostic

Le diagnostic repose principalement sur les antécédents et l’examen physique.

Antécédents

Perte visuelle soudaine et indolore ou scotome après une manœuvre de Valsalva. Il est généralement unilatéral, mais peut rarement être bilatéral.

Examen physique

L’acuité visuelle est variable en fonction de l’emplacement, de la taille et du degré de l’hémorragie pré-rétinienne. L’examen à la lampe à fente du segment antérieur est généralement normal, bien que des hémorragies sous-conjonctivales puissent être présentes. L’examen du fond d’œil révèle une hémorragie pré-rétinienne typiquement située dans la région prémaculaire, en dessous de la membrane limite interne, mais peut montrer une percée dans l’espace sous-hyaloïde ou intravitréen. Les hémorragies varient en taille. Le sang situé sous la membrane limitante interne apparaît généralement une élévation rouge bien gravée, ronde ou en forme d’haltère, provoquant un décollement hémorragique de la membrane limitante interne.Une dissection du sang sous la rétine peut survenir en cas de saignement dans la région fovéale. Une hémorragie choroïdienne, bien que rare, a été décrite. Le sang est d’abord rouge vif, mais devient jaune / blanc après plusieurs jours à plusieurs semaines. Un niveau de liquide peut être vu. Le détachement séreux peut persister jusqu’à des semaines jusqu’à la résolution complète. Un signe à double anneau a été décrit qui se caractérise par les marges séparées d’une hémorragie sous-hyaloïde (anneau externe) et d’une hémorragie sous-ILM (anneau interne).

Symptômes

L’acuité visuelle est affectée de manière variable. Il s’améliore progressivement avec la résolution de l’hémorragie et du détachement, revient le plus souvent à la ligne de base.

Procédures de diagnostic

La tomographie par cohérence optique peut être utilisée pour déterminer la localisation de l’hémorragie (sous-hyaloïde, sous-ILM, etc.). L’angiographie à la fluorescéine rétinienne peut être utilisée pour exclure la néovascularisation ou toute autre fuite active, en cas de suspicion.

Test de laboratoire

Bien que généralement non requis, des tests de laboratoire peuvent être effectués pour exclure une pathologie de base telle que le diabète, la drépanocytose ou d’autres dyscrasies sanguines.

Diagnostic différentiel

  • Décollement postérieur du vitré
  • Macroanévrisme
  • Rétinopathie diabétique
  • Rétinopathie hypertensive
  • Rétinopathie drépanocytaire
  • Rétinopathie de Purtscher
  • Syndrome de Terson
  • Parasite intraoculaire

Traitement général

La prise en charge conservatrice consiste à observer une résolution spontanée, qui survient en quelques semaines à quelques mois. Conseillez aux patients d’éviter les anticoagulants et l’activité physique intense.

Thérapie médicale

Aucun traitement médical n’a prouvé son bénéfice.

Chirurgie

Néodyme: La membranotomie au laser YAG ou au laser krypton peut être une option pour une hémorragie importante, en particulier si elle survient dans le seul œil normalement fonctionnel du patient. La membranotomie au laser perturbe l’ILM ou l’hyaloïde postérieur, entraînant un drainage du sang dans la cavité vitrée inférieure, produisant une résolution plus rapide. Les complications associées à la membranotomie au laser comprennent le trou maculaire, le décollement de la rétine et la formation de la membrane épirétinienne.

Dans de rares cas d’hémorragie prémaculaire, qui ne se résolvent pas après une durée d’observation raisonnable, une vitrectomie pars plana avec ablation de l’ILM et saignement sous-ILM est une option.

Pronostic

Bon pronostic avec rétablissement complet de la vision initiale après résolution survenant dans les semaines à mois suivant l’apparition.

  1. Duane TD. Rétinopathie hémorragique de Valsalva. Trans Am Ophthalmol Soc 1972; 70:298-313.
  2. Kassoff A, Catalano RA, Mehu M. Hémorragie vitrée et manœuvre de theValsalva dans la rétinopathie diabétique proliférative. Rétine.1988;8(3):174-6.
  3. de Crecchio G, Pacente L, Alfieri MC, Greco GM. Rétinopathie de Valsalva associée à un macrovessel rétinien congénital. Ophthalmol Arch. 2000 Jan; 118(1): 146-7.
  4. Tildsley J, Srinivasan S. Valsalva rétinopathie. PostgradMed J 2009; 85:110.
  5. Agarwall A. Gass’ Atlas of Macular Disease. 5e éd. Elsevier; 2012. Chapitre 8, 730-731.
  6. Sakamoto SI, Makino S, Tampo H. Signe à double anneau au niveau de la macula chez un patient atteint de rétinopathie à Valsalva. QJM. 2014;107(12):1045‐1046. doi: 10.1093/qjmed/hcu102
  7. Shukla D, Naresh KB, Kim R. Optical coherence tomography findings inValsalva retinopathy. Am J Ophthalmol 2005;140:134–6.
  8. Gabel VP, Birngruber R, Gunther-Koszka H, Puliafito CA. Nd:YAG laser photodisruption of hemorrhagicdetachment of the internal limiting membrane.AmJ Ophthalmol. 1989Jan 15;107(1):33-7.
  9. Sahu DK, Namperumalsamy P, Kim R, Ravindran RD. Argon laser treatment for premacular hemorrhage.Retina. 1998;18(1):79-82.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.